AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire d'un roadie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyril
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1132
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 17/06/2005

MessageSujet: Histoire d'un roadie   Ven 06 Juil 2012, 8:57 am

l interview jamais finie , je n ai plus de news du mec désolé

je vous met cela tel quel

Comment est tu arrivé dans l’équipe du Dead? Tu y étais uniquement pour l’aide à la construction du Wall of Sound ?

J’ai accroché avec le Dead à la fin 1966 en tant que jeune étudiant du collège de San Francisco. J’étais en contact avec les Diggers, une troupe de théâtre d’action sociale qui croyait que la nourriture devait être gratuite (et la musique aussi). Le Dead acceptait de jouer gratuitement au Golden Gate Park si les Diggers fournissaient le camion plateau pour jouer dessus. J’ai louer le camion et rencontré le Dead et l’équipe à leur maison au 710 ashbury dans le Haight. La première personne que j’ai rencontré était Danny Rifkin, également étudiant à San Francisco, qui était « en train de manager » le Dead à cette époque. C’était le début d’une longue amitié.
Danny m’a demandé quelques mois plus tard si j’étais intéresse pour conduire le matériel du groupe jusqu a New York pour quelques concerts qu’ils avaient de planifiés. J’étais un peu hésitant pour accepter, j avais mes premiers examens de fin d’année. Apres avoir été un peu amadoué par Danny j’ai accepter et a commencer l’une des grandes aventures de ma vie (je ne suis jamais retourné au collège).

Donc tu est devenu , chauffeur/roadie à la fin des années 60 uniquement pour le Dead, ou pour d’autres groupes de la région? Etait ce ton métier principal ?

Juste pour le Dead. Cela ne prends pas longtemps pour realiser que quelque chose de spécial était en train de ce passer et que nous etions en plein milieu. J ai travaillé pour le Dead de fin 66 jusqu a 74 comme un roadie, photographe et dans la construction du Wall of Sound. Durant les périodes « off » ou nous n’etions pas en tournée, je travaillais en tant que charpentier, éventuellement obtenir une licence en construction générale en Californie. Quand j’ai décide que j en avais assez de la vie sur la route j ai acheter un ranch à Mendocino et ai travaillé comme entrepreneur et photographe. J ai arrete d être entrepreneur y a 10 ans et je travaille en tant que photographe maintenant.

Revenons à la bonne époque, tu as vu le succès du Dead, des petits concerts aux gros concerts en plein air, pour un roadie le succès veut dire davantage de travail, plus de matériel à transporter, une plus grosse équipe. Avec ces années passées sur les tournées quel est la meilleure partie de ton métier et la pire ?

Le meilleur etait de voyager partout aux USA et au Canada et voir des endroits que je n’avais jamais vu avant. Nous avions toujours des amis qui voulais venir nous rencontrer et faire que notre séjour dans leur ville soit agréable. Cette vielle phrase que t’entend,…. »sex, drugs and rock n’ roll » a certainement ses racines dans les premières années de tournée.
Le pire était les drogues. Les plus longues heures étaient menés par les drogues qui faisaient leurs chemin dans notre monde.
Avec le « bon » est venu le « mauvais » et trop de choses simples deviennent parfois un fardeau. La glue qui tenait tout cela ensemble était la musique. Un de mes amis a décrit Jerry Garcia comme le soleil au centre de notre univers, et quand notre soleil brillait c’était glorieux . Quand il ne brillait pas c’était très sombre.
Le succès a amener des plus grands endroits , de plus large foules etc. La logistique devenait décourageante.. Les chargements plus lourd. L’équipe s est agrandi pour s accommoder aux changements. Le développement était expérimental avec les nouvelles factions qui etaient ajoutées a chaque tournée. La famille s’agrandissait et s’agrandissait.

Le livre de Denis MCNally a un chapitre pour l ‘année 1973 qui s’appelle Megadead. Je pense que cela veut tout dire, le groupe était grand sur de nombreux points a cette époque et cette année la sono est devenue plus importante.
Quand est ce que la quête « a la recherche du son » a vraiment démarrée ?
Avaient ils besoin de ce succès avant de penser a une plus grosse et meilleure sono ?

La sono était toujours améliorée depuis le début. Du nouveau matériel était constamment ajouté. Le grand saut est arrivé quand Owsley Stanley s’est focalisé sur comment améliorer la sono du groupe pour à la fois rehausser l’expérience du public et permettre au groupe de se contrôler et de s’entendre. Le résultat était le Wall of Sound qui était un pionnier dans cette voie de large systeme sonore. La phrase «la recherche du son « est arrivé plus tard et a été utilisé par Phil pour nommer son livre sur le Dead.

Donc tu as travaillé avec Dan Healy et Owsley Stanley sur la construction du Wall of Sound.
Est ce que le mur était comme vous le vouliez ou certaines choses etait impossible pour l’époque et que vous deviez les envisager autrement ?

J’ai eu l’opportunité de travaillé avec Dan Healy et Owsley et d’autres sur le design et la construction du Wall of Sound. Plusieurs éléments crées étaient testés avant d’être construit a grande échelle. Par exemple la partie centrale a été testé durant des concerts avec différentes configurations pour entendre en live quel serait le meilleur positionnement pour les haut parleurs. Une fois la décision prise sur les positionnement des éléments nous sommes passés a la fabrication laquelle en a résulté a l’élément centrale visible sur les photos. Nous n’avons jamais ressentis que ce que nous voulions était impossible a faire. Certaines idées ne marchaient pas mais suffisamment marchaient pour que le Wall of Sound a été construit et qu’il à tourné pour un paquet d’années. La plupart de ceux qui ont eu l’opportunité d’entendre ce système sonore on ressenti que c était le plus clair , le plus puissant et la impressionnante sono qu’ils avaient jamais entendus.

Dis moi si c est vrai que le premier concert avec le Wall Of Sound au complet était le 23 mars 1974.
Qu est ce qui était définitivement terminé ou qui pouvait être modifier au cours de l’année ?
Quelles sortes de problèmes techniques apparaissent au long de la tournée, certains d entre eux ont ils jamais été résolus ? Je pense a ces bruits que l on entend entre les titres , pas le ronflements des amplis ou des câbles que l’on branche, mais ce son d’ « électricité » avec de l écho.

Pas sur de ce que tu veut dire par le Wall of Sound au complet car il a toujours été une cible mouvante, il permettait l’essai de nouveaux éléments, des idées et redéfinir à celles en place. Y penser sur plus d’an de longues expérimentations pour obtenir le meilleur système sonore possible à l’époque. Le challenge était décourageant et nous étions constamment a y travailler pour en tirer plus. Les problèmes techniques étaient variés et nombreux. Par mis eux le challenge d’installer le système physiquement jusqu'à ajuster les réglages durant le concert dans notre objectif continu de faire que ça marche. Le « son électrique avec de l écho » que tu te demande est peut être un simple bruit de fond en boucle, comme ca arrive parfois avec une connexion inversée qui produit cela.

Quel était ton travail durant un concert ?
Que pouvait il se passer ?
Comme cela peut être lu , était ce la tournée la plus difficile ?

Le travail le plus dur était d’installer le Wall of Sound. C’etait stimulant physiquement et généralement ça prenait 5 ou 6 heures pour être prêt. Durant un concert nous avions a vérifier constamment si le système fonctionnait correctement. Il était courant pour un ou deux haut parleur de lâcher pendant le concert et nous avions a les changés des que nous savions qu’ils avaient lâchés. Il y avait toujours des petites choses qui se passaient mal mais souvent pendant le concert c’était le calme avant la tempête. Le démontage était aussi pénible. Défaire tout était toujours un défi quand vous êtes déjà épuisé. Ca arrivait souvent d’avoir un peu d’aide pour reste en forme.
Je pense que l’effort à fournir pour faire un concert avec le Wall of Sound a été l’un des facteur contribuant a sa courte vie. Les gars voulaient nous fatiguer plus vite avec cette charge de travail et le stress qui y avait pour faire que tout fonctionne bien.
Cela aurait sonné meilleur que n’importe qu’elle autre sono pendant un bon moment mais le coût de la mise en place et de le transporter en tournée était un problème.
Cela ressemble à la plus dure tournée. Celles avant et après le Mur étaient plus gérables.


_________________
The Music Never Stopped
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vincent
Grateful Dead Addict
avatar

Nombre de messages : 471
Age : 41
Localisation : Val de Marne
Date d'inscription : 02/05/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'un roadie   Ven 06 Juil 2012, 11:36 am

Superbe document. Merci Cyril.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain
Grateful Dead Addict
avatar

Nombre de messages : 764
Age : 63
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: Histoire d'un roadie   Ven 06 Juil 2012, 1:52 pm

Merci de ma part, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire d'un roadie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire d'un roadie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'histoire de la slide hawaïenne
» [Jeu] Histoire à choix de réponse (prise 2)
» [Vidéo] Emission "Toute une histoire"- Tokio Hotel (19.12.08)
» l'histoire des Dobro et National
» Pourquoi l'histoire et la déco de PiB ne collent pas...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 710 Ashbury Street ::  :: La Carrière en générale-
Sauter vers: