AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Story les 70's

Aller en bas 
AuteurMessage
Cyril
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1152
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 17/06/2005

MessageSujet: Story les 70's   Ven 09 Mar 2007, 9:08 pm

N hesitez pas a poser des questions et a reagir

Fin janvier 1970 le groupe se sépare de Tom Constanten car trop différent des autres membres, bon en studio mais discret sur scène. Tom est d‘accord et la séparation se fait en bon terme. A la Nouvelle Orléans certains membres font l’objet d’une arrestation pour possession de drogue mais cela se réglera vite et la tournée continue avec en février une série de concerts au Fillmore East devenue aujourd’hui mythique. En mai le groupe rentre en studio et vire le manager : Lenny Hart, pour diverses magouilles financières. Mickey est terriblement abattu et déçut. Le management se réorganise donc et le QG est installé a San Rafael et y restera des années. Fin mai un concert est donné à Newcastle en Angleterre le temps d’un festival pour commencer a se faire connaître en Europe. Juin 70 le Dead joue une série de concert avec un set acoustique et deux sets électriques et principalement dans des universités, c’est l’époque des manifestations étudiantes. Workingman’s Dead sort le 14 juin, très différent de ces prédécesseurs la face country/folk est affichée avec Uncle John’s Band, High Time, Dire Wolf, signé à 99% Garcia/Hunter l’album est épuré, simple mais rudement efficace avec bien sur le génial Casey Jones pour le clore. Aussitôt le groupe embarque pour le Festival Express : tournée canadienne avec entre autres Janis Joplin, The Band, Buddy Guy. Tout le monde voyage en train et chaque étape donne lieu a un concert, l’ambiance dans les wagons y est, bien sur, très bonne. Satisfait de Workingman’s Dead le groupe retourne en studio d’août à septembre avec quelques titres déjà écrits. En novembre sort donc American Beauty, album souvent considéré comme le meilleur album du groupe il se montre nettement au dessus du précédent, arrangements parfaits, harmonies vocales superbes. Que dire des sublimes Box Of Rain, Sugar Magnolia, Truckin’ , Ripple, Candyman écrites principalement par Jerry. L’année se termine par des concerts puisqu il faut redresser les finances de l’ancien manager. 1970 est l’année la plus productive de toute la carrière du Gratful Dead avec 2 albums studios et 120 concerts. Début 71 Bob revoit son ami d’enfance John Barlow qui deviendra son parolier, de nouveaux titres arrivent ainsi. En février une série de concert est donne à Port Chester et Mickey ne la finira pas. Epuisé, Fatigué et surtout toujours pas remis de la trahison de son père, pensées suicidaires, sous traitement médical le groupe accepte son départ. Le staff du groupe ou plutôt la famille comme on disait s’agrandit et le groupe en profite pour faire une pause sauf Jerry qui veut jouer en permanence, il trouve donc d autres partenaires de jeu. Fin juin le temps d’un week-end le Dead fait un aller-retour vers la France au château d’Hérouville pour ce qui devait être le festival d’Anvers sur Oise. En juin sort Historic Dead qui est la suite de Vintage Dead sorti en octobre 70, sur un label dépendant de MGM, malgré les méandres des contrats cela nous donne quand même un aperçu des performances de 1966 Courant juillet Jerry et sa compagne veulent s’installer dans une nouvelle maison et pour financer cela il décide de faire un album solo qu’il enregistre dans le mois. Malgré ces drôles de motivations l’album qui sortira en 72 contient des classiques du répertoire scénique du Dead avec Sugaree, Deal, Loser. En août on prépare la sorite d’un live issu d’enregistrements d avril 1971, baptisé Skullfuck il deviendra après négociations avec Warner Bros : Grateful Dead tout simplement. La communauté Deadhead est grandissante et de plus en plus présente et le groupe au travers de ce live va s’adresser aux fans par un message leur demandant de se faire connaître en écrivant au fan-club. Le disque sortira le 24 septembre 71 et sera le premier disque d’or du groupe. Toujours courant septembre la santé de Pigpen empire, et il est hospitalisé, un remplaçant doit donc être trouver. Le hasard fera que ce remplaçant arrivera sans le chercher. Un soir ou Jerry joue en solo dans un club une certaine Donna Jean Godchaux vient le trouver en coulisse « Mon mari a quelque chose d’important a vous dire » Jerry accepte mais l’homme est trop timide pour parler et c’est donc sa femme Donna qui poursuit « Mon mari est pianiste et il veut jouer dans ton groupe ». A ce moment les époux Godchaux n’étaient au courant de rien concernant Pigpen, mais la demande tombant a pic Jerry accepte de faire un essai en répétition. L’alchimie est vite présente et Keith Godchaux est embauché, premier concert avec le Dead en octobre. En décembre Pigpen revient mais il ne peut assurer tout les concerts Keith reste donc dans le groupe et c’est aussi a cette époque que Donna fait ses débuts au chant. 1972 Bob travaille avec John Barlow pour son album solo et en avril le groupe et toute la famille s’envole pour l’Europe avec tout le matériel nécessaire en vue d’un futur live. La tournée est un succès, la France a droit a 2 Olympia et un concert à Lille. Cependant Pigpen ne peut toujours pas jouer tout les soirs. De retour aux USA sort l’album de Bob Weir : Ace avec comme pour le premier Garcia des classiques : Playing In The Band, Looks Like Rain, Mexcali Blues. Mickey sort aussi un album très axés sur les percussions et expérimental. L’été est la les concerts continus sauf pour Pigpen qui donnera son dernier concert le 17 juin. Le 5 novembre sort le live Europe 72 bien accueillit à l’époque c’est aujourd’hui un must. Ce disque termine aussi l’aventure avec Warner Bros bien que Bear’s Choice un autre live sortira bien plus tard le 6 juillet 73. Le groupe veut monter sa propre maison de disque. Janvier 1973 le groupe répète en studio et travaille surtout à l’élaboration d’un tout nouveau système de sono pour les concerts qui sera tester, en tournée, toute l’année. Le 8 mars Pigpen décède seul chez lui d’une cirrhose, il voyait peu le reste du groupe, très affaiblit physiquement les derniers temps il travaillait toutefois a son album solo. Le Dead continu sa tournée. Jerry joue avec David Grinsman et leur projet bluegrass Old And In The Way. Entre temps Grateful Dead Records voit le jour et Round Records pour les projets solos. Tout le staff se réorganise, il s’agit d’une véritable entreprise maintenant, succès grandissant et la newsletter compte fin 73 25000 Deadheads. C’est l’année ou le groupe joue dans des lieux de plus en plus grands, participe à de nombreux festivals et joue devant 600 000 personnes avec les Allman Brothers Band. Le 15 octobre sort Wake Of The Flood, premier disque sur leur compagnie et les ventes sont plutôt bonnes. Le groupe change a chaque opus mais est toujours reconnaissable, les nouveaux incontournables sont la : Row Jimmy, Eyes Of The World, Stella Blue et Mississippi Half-Step Uptown Toledoo. En 1974 chacun est de son coté, Jerry travaille sur son deuxième album solo et le management s’interroge sur les finances. Quoi qu’il en soit la tournée démarre avec la version définitive de sa sono le Wall of Sound : plus de 600 hauts parleurs, 11 canaux indépendants pour sortir 26400 watts. Le groupe peut jouer plus fort mais surtout conserver une qualité sonore quelque soit l’endroit ou il se produit.
Les fans sont ravis cette année voit arriver un fanzine Dead Relix avec chroniques de concerts, échanges de cassettes etc. c’est aujourd’hui un magazine (Relix tout court) a part entière. En avril le groupe est en studio et le 27 juin sort Grateful Dead : From The Mars Hotel avec U.S Blues, Ship Of Fools, Scarlet Begonias et China Doll, encore des classiques, il y a les bidouilles électroniques de Phil sur Unbroken Chain et Money Money titre dont on se demande toujours pourquoi il existe. Dans les bacs également le deuxième album de Jerry qui se fait plus discret. La tournée continue avec parfois entre 2 sets le projet électronique de Phil : Seastones. Milieu d’année des rumeurs arrive sur la fin du groupe, fatigue , mésentente etc. Mais il faut reconnaître que le groupe doit jouer dans des salles plus grandes avec son Wall of Sound, l’équipe en a marre de le démonter et remonter tous les soirs et sa gestion coûte cher. Le groupe prend conscience de son épuisement , de son stress et de son addiction aux drogues. Le Dead réserve 5 nuits fin octobre à Winterland, une équipe de tournage est sur place tout y est filmer, concerts, coulisses, fans en vue d’un futur témoignage. Le dernier soir les tickets sont tamponnés « The Last One » et Mickey remonte sur scène pour quelques titres. Apres cela chacun part de son coté mais pas de repos pour autant, on prend son temps tout simplement. Le groupe n’a pas de nouveaux titres en stock, qui arrivaient auparavant au fil des concerts, il faut rentrer en studio et composer. Courant 75 les projets solos fleurissent Phil avec Seastones, Keith & Donna, Old And In The Way mais pour Round Records les ventes ne sont pas la. Fin mars le Dead remonte sur scène, à l’occasion d’un concert gratuit, autour de nouveaux titres mais ne fait que jammer quasiment. Mickey Hart est officiellement de retour. Le premier septembre 1975 sort Blues For Allah, plus lent, plus reggae ou funky le groupe est a un tournant de sa carrière et en est satisfait. Le groupea bien bossé il n y a pas de titres de remplissage mais de bons morceaux avec Help On The Way/Sliknot! , Franklin’s Tower, The Music Never Stopped, Crazy Fingers. L’année se termine avec 4 concerts uniquement pour 1975. 76 c’est la banqueroute financière le manager Ron Rakow avait besoins de fonds pour sortir de la zone rouge, il a donc signer un contrat avec United Artists dont pas grand monde est au courant. Résultat Mickey a 6 jours pour faire son album solo et Phil a 9 jours pour faire un live avec les bandes derniers concerts de 74 malgré la mauvaise qualité des enregistrements. Steal Your Face sort donc le 26 juin et sera rebaptisé par les fans Steal Your Cash. En contrat aussi le Grateful Dead Movie de ces même concerts. Jerry sort Reflections, Bob sort Kingfish. Mi 76 la compagnie Grateful Dead Records est coulée le manager viré qui est d’ailleurs parti avec le cheque d’United Artists. Le Dead est toutefois motivé a remonter sur scène et la tournée démarre en juin et le virage musical du précédent opus se confirme, le succès est la, les Deadheads ont attendu un an et demi pour suivre a nouveau le groupe de concerts en concerts. Le Grateful Dead est de retour. Octobre 2 dates en tête d’affiche avec les Who. L’année se finit par un contrat avec la maison de disque Arista. 1977 comme une année classique, sessions studios et tournée. Depuis fin 74 Jerry travaille sur le Grateful Dead Movie, visionne des heures de bandes pour un film prévu été 76, la tache est colossale et le film sortira dans les salles un an plus tard. Cela a mis Jerry a l’épreuve, doutant de ses capacités avec en plus le hiatus du groupe il est tomber dans l’héroïne. Malgré cela Terrapin Station sort le 27 juillet 76, le son est toujours dans la lignée funky et contient de bons titres comme Estimated Prophet, Samson & Delilah, Dancing In The Streets et le sublime titre éponyme. Le retour est apprécié l’année se termine par des salles combles. 1978 Jerry et Bob sortent un album solo chacun, Cats Under The Stars et Heaven Help The Fool, disques pas mauvais mais passent presque inaperçu. Le rythme des tournées redémarre et des nouveaux titres s’ajoutent, le Dead sonne presque disco par moment. Juillet 2 concerts sont donnés à Red Rocks en pleine nature et en septembre le groupe et toute la famille partent pour l’Egypte pour 3 dates au pied des pyramides de Gizeh, le fait de jouer dans un endroit historique et mythique emballe le groupe même si l’idée d’utiliser le tombeau du roi comme chambre d’écho, est abandonné. Au final pas de live pour ces concerts le groupe est peu satisfait des performances. L’aventure aura quand même coûtée 500 000 dollars. En novembre le Dead est à la télé pour l’émission Saturday Night Live et le 15 soit quelques jours apres sort Shakedown Street, avis partagés le groupe frôle le disco ou la pop mis de bons souvenirs quand même avec Shakedown Street, Stagger Lee et Fire On The Mountain. Fin d’année Bill Graham décide d’arrêter de produire des concerts à Winterland, le bâtiment est vétuste et coûte cher a réhabiliter. Le Dead joue pour la dernière fois dans sa salle fétiche, le 31 décembre commence le show a minuit jusqu’au lendemain avec petit déjeuner pour tout le monde. Le concert est filmé. Début 79 Donna fait le point sur sa vie, son fils n’a pas vraiment la vie d’un enfant de 5 ans, son couple est au bord du gouffre, elle est alcoolique et Keith est cocaïnomane les disputes et les chambres d’hôtel détruites ne se comptent plus. Leur départ est accepté Keith et Donna donne leur dernier concert le 17 février. Le remplaçant de Keith est une connaissance de Bob, Brent Mydland, très bon aux claviers doté d’une belle voix il débute avec le Dead le 22 avril. Peu de sessions studios le groupe tourne beaucoup cette année. Des changements de sonorités notemment avec l’arrive de Brent, qui n’utilise pas que le piano comme Keith mais divers claviers dont l’Hammond B3 (objet qui divisera les fans) à l’aube des années 80 le Grateful Dead prend un nouveau virage.

_________________
The Music Never Stopped
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain
Grateful Dead Addict
avatar

Nombre de messages : 779
Age : 64
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: Story les 70's   Ven 13 Aoû 2010, 4:42 pm

Tu dis qu'en 1976 / 1977 Jerry doutait de ses capacités. Pourtant, le soir du 8 mai 1977 il a été inspiré comme jamais, et avec lui tout le groupe. Je tiens ce concert comme étant l'un des meilleurs de toute la carrière du Dead.

Merci pour ce beau travail, Cyril.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Story les 70's
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret Story 4
» [TV] La folie Tokio Hotel dévoilée dans Top Story
» Brecker's brothers story
» West Side Story suite de Leonard Bernstein
» Little Bob, la Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 710 Ashbury Street ::  :: Les Années 70-
Sauter vers: